Inspiration

Un peu d’inspiration

Ce dimanche 8 mars est la journée Internationale des droits des femmes, et j’avais envie de rendre hommage aux femmes de ce monde qui m’impressionnent, ont contribué et contribuent encore à améliorer notre quotidien et notre condition aujourd’hui.

 INTRONISATION DE SIMONE VEIL, A L'ACADEMIE FRANCAISE

Simone Veil, femme politique française

Simone Veil est une femme politique française née le 13 juillet 1927 à Nice. Dans les années 40, elle connaît les horreurs de la guerre, de la déportation et des camps d’internements. Elle se lance dans la magistrature puis dans politique dans les années 70 et intègre le gouvernement en qualité de Ministre de la Santé. Elle y œuvre pour dépénaliser l’avortement : le projet de loi légalisant l’interruption volontaire de grossesse est adopté par le Parlement en 1975. Elle sera alors nommée Ministre de la Santé et de la Sécurité sociale et deviendra la première femme Présidente du Parlement européen. En 1993, elle devient Ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville et membre du Haut Conseil à l’intégration, en 1998, elle devient membre du Conseil Constitutionnel et elle publie son autobiographie, Une Vie, en 2007. En 2008, elle a été élue à l’Académie Française. La même année, elle devient Présidente du Conseil de direction du Fonds pour les victimes de la Cour Pénale internationale. Le 29 avril 2009, Simone Veil est promue Grand Officier de la Légion d’honneur. (source Book Aktu).

 

cn_image.size_.aung-san-suu-kyi

Aung San Suu Kyi, femme politique birmane

«La seule vraie prison est la peur» résume l’état d’esprit de cette incroyable femme qui a passé 15 ans de sa vie assignée à résidence dans sa maison de Rangoun, condamnée pour sa lutte en faveur de la liberté du peuple birman et des droits de l’Homme. Née à Rangoun en 1945, elle y vécut jusqu’à l’âge de 15 ans puis déménagea avec sa mère en Inde où elle étudia les sciences politiques à l’Université de Delhi. Par la suite, elle partit en Angleterre où elle obtint sa licence en philosophie, économie et sciences politiques à l’Université d’Oxford. Toute sa vie se trouvait à Oxford où elle y avait son mari, ses enfants et ses études mais lorsque sa mère tomba malade, elle n’eut d’autre choix que de retourner en Birmanie pour s’occuper d’elle. C’est en voyant la confusion qui régnait dans son pays, qu’elle comprit que sa vie était sur le point de changer radicalement et fit le serment de servir le peuple birman, tout comme ses parents l’avaient fait dans le passé. En 1988, Suu Kyi pris la décision de consacrer sa vie à lutter pour obtenir la liberté de la Birmanie. En se dévouant totalement à son pays, elle acceptait aussi de sacrifier d’autres aspects de sa vie qui lui étaient chers comme la chance de voir son mari une dernière fois avant qu’il ne décède d’un cancer à Londres, en 1999, ou encore l’opportunité de voir ses enfants grandir. La séparation d’avec son mari et ses enfants fut l’un des nombreux sacrifices qu’elle fit pour honorer sa promesse de libérer son peuple. Aujourd’hui, Aun San Suu Kyi est devenue un modèle pour de nombreuses femmes par son incarnation de la femme autonome. Elle utilise son pouvoir pour diriger un mouvement dans le but d’obtenir la liberté et les droits de l’Homme pour son peuple. De plus, elle a prouvé plus d’une fois que quelles que soient les menaces qui pesaient sur elle, elle a toujours défendu son pays. (Source The Time et VF.com).

 

1125_malala-yousafzai_1200x675

Malala Yousafzai, étudiante pakistanaise

Malala Yousafzai se fait connaître du grand public début 2009, à 11 ans, par ses témoignages dénoncant les violences des talibans qui incendient les écoles pour filles. En octobre 2012, elle est victime d’une tentative d’assassinat par des talibans à la sortie de son école et est très grièvement blessée au cou et à la tête. Après des séjours successifs en hôpitaux, elle poursuivra sa rééducation à domicile, avant une nouvelle opération de reconstruction du crâne. En 2011, elle reçoit le premier prix national de la jeunesse pour la paix du gouvernement pakistanais, en 2012, elle reçoit le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes et la même année, elle reçoit le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit du Parlement Européen. En 2013, elle obtient le prix international des enfants pour la paix, quelques mois plus tard, à la tribune de l’ONU, Malala parle de l’accès à l’éducation des filles, elle y déclare notamment que « Les extrémistes ont peur des livres et des stylos, le pouvoir de l’éducation les effraie. » L’assemblée lui fera une standing ovation. La même année, elle est citée parmi les favoris pour le Prix Nobel de la Paix : avant l’annonce du prix,  la jeune femme disait elle-même : « Je n’ai pas accompli tant de choses que ça pour gagner le Nobel.» Il lui sera co-attribué en Octobre 2014. (Sources Wikipédia et Forbes).

 

8th Annual CFDA/Vogue Fashion Fund Awards - Arrivals

Jenna Lyons, directrice artistique américaine de la maison J. Crew

Crew est une institution aux Etats-Unis, et au sein de la maison depuis 22 ans, la créatrice androgyne ne se sépare presque jamais de ses lunettes de geek et de ses escarpins en daim. Elle est considérée aujourd’hui comme la femme qui habille l’Amérique. Côté vie privée, son parcours est assez dingue : née en Californie en 1968, la grande perche souffre d’une grave maladie génétique, le syndrome de Bloch-Sulzberger, qui lui fait perdre ses cheveux et déforme ses dents. « Je sais ce que c’est de ne pas se sentir belle »disait-elle. A l’adolescence, le vilain petit canard se découvre une passion pour la couture, elle chine dans les friperies pour créer ses vêtements, qui suscitent l’attention et l’envie de ses camarades de lycée. En 2011, après neuf ans de mariage avec l’artiste français Vincent Mazeau, elle divorce pour se mettre en couple avec une femme, Courtney Crangi : « Je suis une outsider. Et cela me va très bien. Je n’ai pas besoin de faire partie du club », déclare-t-elle. Un leitmotiv qui a convaincu Anna Wintour, la rédactrice en chef du Vogue US, d’ajouter: « J. Crew est incontournable. Ceux qui disent le contraire sont fous. » (Source Huffington Post).

 

tessmunster

Tess Munster, bloggeuse et mannequin américaine grandes tailles

A 29 ans, la mannequin Tess Munster et sa taille 50 viennent de signer un contrat avec l’agence Milk Models Management. Une révolution dans l’univers du mannequinat. L’Américaine au look détonant, repérée grâce à Instagram, entend casser les codes d’un milieu qui ne cesse de mettre en avant le culte de la minceur et où les « grandes tailles » s’arrêtaient jusqu’à présent au 46. Elle fait figure d’OVNI dans le domaine de la mode car la jeune Américaine et sa taille 50, cassent les codes ! La belle rousse d’1,65 m, 120 kilos, se veut l’étendard d’un mouvement plus global lancé sur Instagram avec le hashtag #effyourbeautystandards (ou « J’emmerde vos critères de beauté »). Elle entraîne avec elle, des milliers de femmes soumises à l’oppression sociale en leur permettant de s’affirmer et de se libérer : « Je comprends que tout le monde ne comprenne pas, mais pour moi tout est clair. Il suffit d’aimer son corps sans faire attention à sa taille et poursuivre ses rêves », a-t-elle expliqué. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les clichés de Tess Munster ont beaucoup plu. Il y a quelques semaines, Tess annonçait à ses nombreux followers : « Je peux enfin partager la grande nouvelle ! Je suis désormais représentée par l’agence Milk Management à Londres. Je suis la première grande taille (avec cette taille et ce poids) à signer un contrat avec une aussi grande agence». Anna Shillinglaw, la fondatrice de l’agence Milk Model indiquait : «Elle est de loin le plus grand modèle que nous ayons dans notre section « curve », elle détient un rôle important pour beaucoup de femmes ». (Source Konbini).

 

tilda-swinton-1-300x300

Tilda Swinton, actrice britannique source

Sa carrière dans le cinéma commence en 1986, dans Caravaggio de Derek Jarman, avec qui elle tourne de nombreux autres films dont Edward II qui lui vaut d’être récompensée à la Mostra de Venise en 1991. Elle revient au premier plan au début des années 2000, en tournant dans des films aussi variés que Vanilla Sky, Bleu Profond ou Constantine et lui assurent multiples récompenses. Ce sera surtout sa participation à la saga littéraire Le Monde de Narnia qui va la propulser sous le feu des projecteurs. Elle y incarne la Sorcière Blanche dans l’original et les deux suites cinématographiques. En 2008, elle décroche l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle dans le film Michael Clayton avec George Clooney.  Adepte des transformations physiques pour les personnages qu’elle interprète, elle se dévoile autrement dans des films comme Julia, We need to talk about Kevin, Snowpiercer, ou encore The Grand Budapest Hotel. Dans ces deux derniers films, elle arbore des looks pour le moins extravagants, les maquillages transformant facilement les traits de son visage androgyne. (Source Blind Gossip).

 

scala

La Chorale belge, Scala

Scala and Kolacny Brothers est une chorale féminine belge, elle a été fondée par les frères Steven et Stijn Kolacny et compte environ 60 jeunes filles âgées de 14 à 20 ans. Stijn dirige la chorale et l’accompagnement au piano est assuré par Steven. Scala est rapidement devenue l’un des plus grands ensembles vocaux d’Europe et participe régulièrement à des concours pour chorales dans le monde entier. Scala expérimente alors un nouveau répertoire de titres pop et rock, interprété pour la première fois au festival Lowlands aux Pays-Bas. Très populaire, la chorale donne une série de concerts et enregistre l’album Scala On The Rocks. Cet album comprend de nombreuses reprises de titres bien connus tels que She Hates Me de Puddle of Mudd. En 2010, leur reprise de Creep de RadioHead sert de bande originale à la bande-annonce du film The Social Network ainsi qu’à celle d’Un poison violent. Elle est reprise deux fois dans la saison 23 des Simpsons En septembre 2012, leur version du tube Every Breath you take du groupe Police, sert également d’accompagnement à la bande annonce de la saison 2 de la série Homeland. (Source Wikipédia).

 

 

PS : Et vous, quelles sont VOS inspirations ?

Jess.

(image en une : source ONU Femmes)

 

Laisser un commentaire